Oui, je serais une « Maman méchante ».

Ah, l’éducation de nos enfants… vaste sujet qui fait débat chaque jour. C’est fou comme les avis affluent et diffèrent, entre les parents de longue date, les jeunes parents, les parents solos, les parents de famille nombreuse… ou même ceux qui n’ont pas d’enfants… tiens.

Je ne vais donc pas attiser le feu. Aujourd’hui j’avais envie de vous parler de mon point de vue, et de l’éducation que j’aimerais donner à ma fille. Je parle au futur, car oui pour le moment nous n’en sommes qu’à l’ébauche de tout cela: à 13 mois Aïnoha devient encore tout doucement une petite fille…

 

Alors quelle Maman je suis… au présent?

J’applique ( du mieux que je peux bien entendu… ) une éducation bienveillante, basée sur l’empathie et le dialogue. Au quotidien ça donne quoi? Je mets des mots sur chaque action, par exemple: « non ma chérie je t’ai expliqué qu’on ne jette pas sa cuillère par terre, alors maintenant je te la prend« . Une éducation bienveillante ( à mes yeux ) n’empêche pas de prendre un ton ferme, et une expression marquée, afin de faire comprendre à bébé que je ne suis pas contente. Et je vous vois venir… ça marche? Et bien je ne cache pas qu’il faut de la patience, et que je dois parfois répéter plusieurs fois. Mais maintenant par exemple, Aïnoha commence à couiner quand elle s’apprête à jeter sa cuillère par terre, et que je fronce les sourcils.

éduquer_son-enfant

Je pars du principe ( avéré ) que même à cet âge les touts petits comprennent tout, et qu’ils sont dans l’imitation. Si je crie, elle va forcément vouloir hausser le ton. Et on va partir dans un cercle vicieux, totalement contre productif. J’essaie donc, parfois tant bien que mal je l’avoue, de lui montrer qu’il faut s’exprimer, et qu’on peut trouver une solution en dialoguant sans s’énerver. Cela ne m’empêche pas de temps en temps d’avoir des réactions plus « vives », notamment lorsqu’elle se prépare à faire quelque chose de dangereux ( manger du papier toilette… sa nouvelle passion par exemple… ).

 

Mais quelle Maman je compte être… dans un futur proche?

Bien entendu je compte rester dans l’idée de la bienveillance, mais je pense tout de même adapter certaines règles à son âge. Le dialogue sera toujours notre fil conducteur, et j’espère que ce sera le cas dans les deux sens: après tout elle aura aussi le droit de m’exprimer son mécontentement, et je me devrais de l’écouter. On parle plutôt d’éducation positive en fait…

sans-titre (3)

Alors l’éducation positive, c’est quoi? Allez petit rappel: on parle d’éducation positive quand on est dans la parole positive, plutôt que dans la négation par exemple. Le principe reste d’encourager l’enfant plutôt qu’à le punir. On instaure en gros un respect de l’enfant et de son ressenti, et on apprend à dialoguer plutôt qu’à s’énerver. Ce sont vraiment les grandes lignes, car le nombre d’articles qui fleurissent sur la toile décrivent bien mieux l’éducation positive que moi. Et puis je ne vanterais pas trop les mérites de ces principes, car je les applique  » à ma sauce «  et ne suis donc pas une fidèle et totale adhérente à ce principe très à la mode en ce moment. Cependant il existe des illustrations que j’aime beaucoup et que je trouve très bien réalisées pour mieux s’y retrouver, comme par exemple celles-ci:

 

Ces principes m’inspirent beaucoup oui, cependant je pense que ça n’empêchera pas ma princesse de me qualifier parfois de « méchante » malheureusement…

Car les règles seront bien de la partie, et elles seront ( le plus possible ) non négociables. Oui, je serais cette Maman douce et attentionnée qui interdit les boissons sucrées pendant les repas, je serais cette Maman qui écoute volontiers les confidences de sa fille mais qui lui interdira de se rendre seule quelque part jusqu’à un âge bien plus que raisonnable. Ces règles lui paraîtront parfois injustes je le sais, surtout quand les copines, elles, auront « le droit ». Mais il est important pour moi qu’on s’y tienne, car je reste persuadée, comme tout parent, que j’agis pour son bien.

  • On mangera donc équilibré, un légume à chaque repas. Sauf le week-end, là ok pizzas à gogo ma chérie. Idem pour les boissons sucrées, qui elles seront littéralement absentes du frigo.
  • On ne sautera pas l’étape du brossage de dents. Désolée ma puce.
  • On ne communiquera jamais en criant. Quand tu crieras je ne t’écouterais pas, et j’attendrais que tu sois calmée pour dialoguer avec toi. Cependant tu auras le droit de taper un coussin, de crier un bon coup dans ta chambre si tu en ressens le besoin. Les émotions sont faites pour être exprimées j’en suis consciente.
  • Tu ne seras jamais obligée de faire un bisou ou un câlin à quelqu’un. Jamais. Ton corps t’appartient. Cependant « bonjour », « merci » et « au revoir » seront obligatoires. La politesse j’y tiens, c’est comme ça mon cœur.
  • Je serais à l’écoute de tes besoins, cependant un cadre horaire sera instauré. Si tu n’as pas faim ni sommeil pas de soucis, après tout nous ne sommes pas dans un camp militaire, mais il y aura une plage horaire à respecter. Surtout pour le sommeil. La permission de minuit tu l’auras pendant les vacances ma chérie!
  • A l’extérieur on tient la main, et on ne part pas hors de mon champ de vision. S’il te plaît. Je connais ton envie d’explorer le monde, mais la sécurité avant tout mon trésor. Je ne sais pas ce que je deviendrais si je te perdais tu sais…
  • Je ne tolérerais AUCUN geste violent envers nous ma puce et ça ce sera non négociable par contre. Ce sera la même chose pour tous les êtres vivants, plantes ou animaux. Ils ont droit à ton respect, et j’y veillerais.
  • A côté de tout ça je te ferais confiance dans la gestion de ton travail d’école, je serais là pour t’aider bien entendu mais tu seras autonome, car c’est pour toi que tu travailles et non pas pour moi ou pour tes profs. Je ne ferais pas le gendarme, après tout tu sauras bien vite assumer un travail « non fait » ou une poésie mal apprise auprès de tes enseignants…
  • Je m’engage moi aussi à respecter des règles envers toi: à t’écouter, à prendre en compte tes sentiments, à t’aider dès que tu en ressentiras le besoin, à te valoriser, à t’encourager, à te protéger, à prendre soin de toi… à t’aimer.

sans-titre (2)

Pour le moment tout n’est que théorie bien entendu, seul l’avenir me dira si j’ai réussi. Autre point important: nous sommes deux parents, nous sommes deux à l’aimer plus que notre propre vie. Il est donc normal que Papa rajoute ses règles si il en a d’autres, sachant que nous avons déjà beaucoup parlé ensemble de l’éducation que nous souhaitons donner à notre fille. Nous nous soutiendrons également lors des « conflits » potentiels, il sera donc inutile à Mademoiselle de venir demander à Papa ce qu’elle a demandé à Maman il y a 5 minutes!

Dans tout objectif d’éducation positive et bienveillante, il est inévitable à mon avis de passer outre l’instauration de quelques règles. C’est en tout cas mon humble point de vue. Les enfants ont besoin de limites c’est un fait, et un trop plein de confiance et donc de… laxisme peut les perdre je pense.

Car nos enfants ont besoin d’être guidés, et c’est faillir à notre rôle de parent à mes yeux de ne pas leur apporter cette aide. Et malheureusement, ça doit parfois passer par des désaccords, des « affrontements ». C’est la vie! Fuir le conflit et ne pas s’imposer face à son enfant n’est pas une solution ( encore une fois à mes yeux ). Mais bien entendu, par mon caractère et ma façon de faire, chez moi ça ne passera jamais par la force. D’où mon intérêt pour les articles traitant d’éducation bienveillante, dans lesquels je me reconnais totalement pour le moment. Vous allez me dire… « Avec une adorable Aïnoha de 13 mois facile! On verra avec une ado… ». Oui je sais! Rendez-vous dans 13 ans.

images

 

Chez vous ça se passe ( ou ça se passera ) comment? Quelles sont vos règles non négociables? Etes vous plutôt stricts… ou au contraire? Votre point de vue m’intéresse!

 

 

 

Publicités

6 commentaires sur “Oui, je serais une « Maman méchante ».

Ajouter un commentaire

  1. C’est en gros comme ça que ça se passe chez moi, quoiqu’avec le durcissement du caractère du à l’âge, je perds un peu plus patience et hausse parfois le ton. Ca s’en ressent très vite car La Bête a alors tendance à crier davantage aussi. Sinon, c’est très naturellement que je formule les demandes de façon positive car je le fais aussi avec mes élèves et ça fonctionne bien. Les règles sont néanmoins strictes et j’exprime mon désaccord quand elle les enfreint (avec le sourire, un « non » vigoureux et plusieurs récidive, un enfant de deux ans est plein de charme). Il n’y a que pour la nourriture où j’essaie de ne pas être trop rigide, vu qu’il est naturellement délicat de la nourrir. Enfin, elle en est toujours aux aliments pour bébé, on est donc loin des sucreries et sodas!

    Aimé par 1 personne

  2. Alors sans voulor être rabat-joie, tu verra qu’il y a des périodes (même pas si lointaine que les 13 ans de Aïnoha) … où tirer un « bonjour », « merci » ou « au revoir » de la bouche de ton enfant est déjà une gageure et où parfois, tu préféra fuir ton enfant hurlant (terrible two, je crie ton nom) que de chercher vainement à lui faire dire quelques choses …
    Et ce n’est pas forcément la preuve qu’on a tout rater, c’est juste une étape 🤗

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :