La fameuse « crise du soir » du nourrisson: un passage obligé?

Si il y a une période qui m’a particulièrement marquée durant mes premières semaines avec bébé… c’est bien celle des fameux pleurs inexpliqués du soir!

Ça s’est mis en place comme ça l’air de rien, alors qu’Aïnoha n’avait que quelques jours. Mon bébé calme et zen se transformait littéralement chaque jour à partir de 20h environ. Et mademoiselle était réglée comme une horloge! A 20h pétantes, les moments d’amour et de plénitude laissaient place à une longue série d’heures de pleurs que rien ne pouvait calmer. Chaque jour. Every day.

Au départ, en bonne Maman débutante et légèrement geek sur les bords, j’ai mis ces crises sur le dos des fameuses coliques du nourrisson dont les forums raffolent sur internet. J’ai alors tout mis en œuvre pour y faire face: massages, petits pédalages avec les jambes, position confortable, mais rien n’y faisait. J’en ai donc parlé à ma sage femme qui faisait notre suivi post-natal, et elle m’a bien précisé que si le ventre ne fait pas de « gargouillis » et que bébé ne se tortille pas de douleur en plus des pleurs ce ne sont PAS des coliques. Sans être plus avancée sur l’origine de ce mal inconnu j’ai déjà pu éloigner l’option « coliques » avec soulagement. Car imaginer ma puce se tordre de douleur m’insupportait.

images91FMDDMR

Toute piste médicale, et donc préoccupante écartée ( coliques, RGO, soucis digestif… ) il ne restait en course que les causes émotionnelles, bien plus difficile à « régler » à mes yeux. Ma fille aurait elle des angoisses le soir venu? Si petite? Alors qu’elle confondait encore le jour et la nuit, je peinait à croire qu’elle ait déjà peur du noir ou de la solitude, étant donné qu’on dormait en cododo.

Les jours s’écoulaient sans que je ne trouve de cause ni de solution à ce curieux comportement. Chaque soir, à 20h, que son Papa soit en week-end ( donc présent ) ou au travail, Aïnoha se mettait à hurler. De vrais pleurs de panique, les larmes coulaient sans s’arrêter. Mon cœur de maman était en sang, voir son petit trésor dans cet état clairement ça retourne l’estomac. La crise était souvent apaisée par une tétée, mais une fois la réserve de lait écoulée, et le câlin terminé elle reprenait. Avait-elle faim? Elle refusait pourtant de continuer à téter si je lui proposais à nouveau quelques minutes après. Souvent elle finissait pas se calmer dans mes bras, après de longues minutes heures à lui chuchoter tout mon amour. Mais certains soirs particulièrement difficiles, ce n’est qu’après plus d’une heure de marche lovée dans les bras de son Papa qu’Aïnoha trouvait enfin l’apaisement, et s’endormait épuisée le sourire aux lèvres…

images2CR7KW00

Ces longues heures d’impuissance et d’interrogations me laissaient épuisée, et surtout peinée. Je ne savais pas aider ma fille voilà tout. Et pourtant elle hurlait son besoin de nous. Alors je me suis documentée, et étant donné que sur internet on trouve tout et n’importe quoi il a fallu faire le tri. Et puis je suis tombée sur l’article d’une pédiatre, qui parlait de la régulation de l’horloge interne du nourrisson. Les faits expliqués étaient en tout points similaires à ce qui se passait chez nous:

  • Pleurs inexpliqués qui démarrent tous les jours à la même heure, majoritairement le soir quand le soleil se couche.
  • Le bébé ne se calme pas malgré un repas, une couche propre, ou une fois que toute idée de chaleur ou de froid excessif est écartée.
  • Pas de symptômes de fièvre, de gêne quelconque ou de coliques, susceptibles de provoquer un tel état et nécessitant un avis médical.
  • Le bébé est calme le reste du temps, et son changement de comportement est vraiment marqué sur un horaire précis.

L’horloge interne… je n’y avais effectivement pas pensé! D’après mes lectures ce comportement est en fait très bon signe, il est la preuve que bébé commence à différencier le jour de la nuit et commence à se réguler pour faire ses nuits. Seule option: prendre son mal en patience, et accompagner bébé dans cette étape avec tendresse et douceur. Inutile bien évidement de le laisser pleurer, ce dont il a besoin c’est de se sentir en sécurité pour aborder ses nuits dans le calme. Par ce drôle de mécanisme bébé comprend que quand il fait noir c’est le moment de se reposer, et donc qu’il sera posé dans son couffin ou son lit: loin pour lui des bras réconfortants de ses parents. A nous de leur apprendre à gérer cette transition en douceur, et surtout de leur montrer qu’aller au lit n’est pas une punition, mais au contraire un bon moment. C’est à cette période que nous avons instauré un rituel du coucher ( je vous en parlerais plus en détail prochainement ), et ça a fonctionné à merveille!

bébé-pleure-la-nuit

Après 1 mois de crises quotidiennes chaque soir, Aïnoha s’est du jour au lendemain métamorphosée en un bébé heureux d’aller au lit. Les pleurs ont fait place aux sourires et aux gazouillis, notre inquiétude s’est envolée. Grâce au rituel du coucher ( et à notre zénitude naturelle un peu j’avoue ), elle a associé la tombée de la nuit avec nos câlins et nos mots doux. Et cerise sur le gâteau: plus qu’un seul réveil nocturne pour téter! Mon bébé de presque 2 mois avait trouvé son rythme. Effectivement l’article ne s’était pas trompé, car rapidement Aïnoha a fait ses nuits, pour ne plus jamais les interrompre jusqu’à aujourd’hui ( tous mes doigts sont croisés là… ). Finalement avec le recul, je me dis que cette période de transition difficile était en fait tout simplement nécessaire pour son développement. En parlant avec de nombreuses Mamans j’ai réalisé que notre cas était bien loin d’être isolé, et que chaque famille a dû gérer ces crises au mieux et à sa manière. C’est la raison pour laquelle j’ai eu envie d’aborder le sujet ici aujourd’hui avec vous!

 

Pour les Mamans qui me lisent et qui sont « en plein dedans », j’espère vous avoir redonné un peu d’espoir: ces crises ont une fin! Gérez les avec tout votre amour et la patience qu’il vous reste… courage! C’est finalement un mal pour un bien!

 

Et chez vous comment s’est passée cette étape de transition? Bébé fait-il ses nuits depuis?

 

 

Publicités

5 commentaires sur “La fameuse « crise du soir » du nourrisson: un passage obligé?

Ajouter un commentaire

  1. Il ne me semble pas avoir connu les mêmes crises de pleurs car elle était collée au sein toute la soirée et ne pleurait que si je lui enlevais. Sinon c’était un sein après l’autre, pendant des heures… PÉNIBLE 😔 ! À partir d’un mois les tétées groupées ont disparues mais elle ne fait toujours pas ses nuits, avec encore deux réveils en moyenne 😛.

    Aimé par 1 personne

    1. Chaque bébé a son propre rythme c’est sur.. quand on allaite on devient le doudou de son enfant en fait mais c’est une idée qui m’a plue! Le premier mois est le plus difficile car beaucoup de choses se mettent en place, et j’avoue que j’ai été heureuse que ces crises prennent fin. Ta puce finira bien par faire ses nuits, courage!

      J'aime

  2. Alors ici, on a donné, questions pleurs du soir! Cependant, ce n’était pas du tout lié à ses nuits car on y a eu le droit de sa naissance à ses trois mois et demi, hors elle faisait ses nuits à un mois. Elle a toujours été se coucher sereinement, sans angoisse. Ce qui n’empêchait pas ces pleurs d’intervenir. En plus, La Bête est un bébé d’hiver, il faisait donc nuit depuis un bon moment lorsqu’elle s’y mettait (à 19h15 pétantes, jusqu’à 21h environ). Ici c’était moi qui gérais et le Saint Graal a été l’écharpe de portage. Je l’y mettais et marchais dans la maison (trop froid dehors), dans l’obscurité et le calme en lui parlant doucement. Elle avait besoin d’être coupée de toute stimulation et d’être rassurée. Elle s’y endormait et je la gardais contre moi jusqu’au biberon du soir (vers 23h). Moi j’avais lu que les bébés se déchargeaient ainsi des émotions vécues de la journée et c’est vrai que c’est l’impression que ça me donnait.

    J'aime

    1. Oui effectivement j’ai lu ça aussi! C’est vrai que en fait des émotions à gérer une arrivée dans ce monde… l’écharpe de portage oui c’est magique! Mais on m’a appris comment la nouer 2 mois après mon accouchement, dommage!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :