Ma vision de la parentalité bienveillante.

Impossible en ce moment d’échapper à ce concept: la parentalité bienveillante, on en a forcément entendu parler. Les articles se multiplient sur internet, dans les magazines, ou même sur les réseaux sociaux. Alors forcément, quel jeune parent ne s’y est pas intéressé à un moment ou à un autre?

Mais avant tout… un petit rappel, au cas où…

 

La parentalité bienveillante: c’est quoi exactement?

La parentalité positive, aussi appelée éducation bienveillante, éducation respectueuse, discipline positive ou encore éducation non violente,  est fondée sur le respect de l’enfant. Elle exclut toute forme de violence éducative, on privilégie donc l’écoute, le dialogue, l’accompagnement, le respect mutuel.

Quand on parle de parentalité positive on exclue donc les méthodes jugées comme non constructives: comme la fessée, le chantage, les cris, ou encore les menaces. L’adulte doit en fait cesser de se considérer comme « tout puissant », et se mettre en position d’égal face à l’enfant.

La parentalité positive privilégie donc une relation basée sur l’empathie entre parents et enfants, ce qui permettrait à ces derniers de ne plus refouler leurs émotions et d’apprendre à les exprimer.

Voilà les grandes lignes. Il est inutile à mes yeux de vous écrire un pavé concernant cette définition, après tout vous aussi vous avez sans doute lu des tas d’articles sur le sujet! Si vous souhaitez néanmoins en lire davantage, voici ceux qui m’ont le plus inspirée: ici et encore ici.

parent_bienveillant

La parentalité bienveillante: ce que j’en pense…

Je ne suis pas vraiment du genre à suivre des conseils les yeux fermés, même si ils viennent de professionnels. J’ai besoin de me faire mon opinion, et surtout de mettre en pratique afin de tirer moi-même les conclusions de mon expérience. Le concept de l’éducation bienveillante n’a pas fait exception.

Au premier abord, bien entendu ces principes m’ont séduite. Adepte de la non violence en général ( mais pas peace and love tout de même… ), il était évident bien avant ma grossesse que je serais incapable de donner une fessée. Il était également difficilement concevable pour moi de m’imaginer hurler sur mon enfant, n’étant pas quelqu’un de colérique de nature. Jusqu’ici tout va bien.

Il reste tout de même une grande part d’ombre: en effet, qui peut se vanter de réussir à garder H24 son self control, ou de ne jamais céder à la tentation d’une bonne punition quand les nerfs lâchent? Je ne me considère pas comme une exception. Un jour où l’autre chaque parent craque, ça arrive. Et c’est humain. Etant une humaine comme les autres, je m’accorde donc une partie de doute.

Quand je lis ces articles j’ai bien envie d’être la super Maman qui applique à la lettre tous ces conseils, mais je ne me leurre pas: je suis humaine. Et je pense sincèrement que les personnes bien intentionnées qui ont écrit ces lignes ont pu craquer une fois ou deux, et je ne les blâme pas, bien au contraire! En fait ça me rassurerait… un peu. Car il faut avouer que ces articles me mettent un peu la pression…

[Car oui, la parentalité bienveillante j’ai envie d’y croire! Pleine de bonne volonté, j’aimerais sincèrement réussir à appliquer ces principes qui sont en fait déjà un peu les miens par défaut. ]

education-positive_bienveillante

Peut-être que ma propre éducation a joué son rôle dans tout ça: mes parents étaient visiblement précurseurs… je n’ai jamais reçu de fessée ni de punition de leur part, et ils ont toujours privilégié le dialogue. Parents aimants, je les entends parfois rire de mes bêtises sur les vidéos collector qu’ils ont tournées pour moi durant mon enfance. J’ai en retour été une enfant dite « facile »: peu de crises, et je dis « peu » car bien entendu il est naturel qu’un jour la colère sorte, bonne élève, je n’ai pratiquement pas fait de crise d’adolescence, et j’ai toujours profondément aimé et respecté mes parents.

Ce vécu me pousse sans doute à chercher à vivre la même chose avec Aïnoha…

 

Alors la parentalité bienveillante, au quotidien, chez nous… ça donne quoi?

Depuis sa naissance, je suis à l’écoute d’Aïnoha, le plus possible. Je calmais immédiatement ses pleurs de petit bébé, et la gardais dans mes bras toute la journée si elle en ressentait le besoin. Je ne l’ai jamais laissée pleurer. Et je ne le fais toujours pas d’ailleurs.

Si elle s’agrippe à moi pendant que je suis « occupée », je prends le temps de me mettre à genoux près d’elle, et de lui demander ce qu’il ne va pas. Je lui explique alors ce que je suis en train de faire, et je lui promets ensuite toute mon attention et un câlin. Bien entendu pas de miracle, Aïnoha boude toujours un peu dans ces moments. Mais elle commence à comprendre qu’effectivement je tiens mes promesses, et elle attend tant bien que mal notre « câlin d’amour » qui sonne la fin de mes occupations.

Il arrive parfois qu’elle me fasse des demandes surprenantes: comme manger alors qu’on rentre juste de la crèche et que ce n’est pas « l’heure« , ou bien vouloir monter soudainement dans la salle de bain. Je l’écoute alors systématiquement, et lui fais confiance. J’apprends alors le lendemain qu’elle avait peu mangé au goûter ce jour-là à la crèche, ou bien qu’elle voulait monter dans la salle de bain pour prendre un mouchoir car effectivement son nez coulait. Je pense pouvoir dire qu’elle me fait confiance, et c’est ce qui me tient particulièrement à cœur.

parentalité_bienveillante-confiance

Je ne peux malheureusement pas céder à toutes ses demandes parfois, comme quand elle veut mettre son manteau pour sortir alors qu’il pleut des cordes dehors… dans ce cas, même si ça me brise le cœur, je lui explique pourquoi on ne sort pas, quitte à ouvrir un peu la porte pour qu’elle voit la pluie par exemple. La diversion devient alors ma meilleure amie!

La diversion, ça ne marche pas à tous les coups avec Aïnoha. Petit esprit espiègle, elle ne se laisse pas facilement avoir! Je dois donc redoubler d’imagination pour la convaincre de ne pas toucher certaines choses « interdites » comme la poubelle par exemple (dans laquelle elle fouille allègrement avec ses petites mains… seigneur… ). Mais j’aime les défis.

Aïnoha n’a que 18 mois pour le moment, alors aujourd’hui je suis fière de réussir à appliquer mes principes d’éducation… mais demain? Comment vais-je réagir face à la crise du « terrible two »? Ou quand elle refusera de mettre ses chaussures alors qu’on sera en retard pour l’école? Je ne donne pas cher de ma peau… donc il serait prétentieux d’affirmer que mon éducation est totalement bienveillante. Je fais ma petite sauce en fait, je prends avec plaisir les conseils que je pense pouvoir appliquer, mais sans me mettre la pression. Surtout pas.

Etre Maman doit à mes yeux rester un plaisir, une passion. Et quoi de plus restrictif et rébarbatif que des règles à respecter? Je m’autorise donc à exprimer ma colère si j’en ressens le besoin un jour, quitte à expliquer à ma fille ce que je ressens. Elle aura en retour le droit d’exprimer la sienne, sans que je la bride. Je m’autorise à être parfois fatiguée, et à la punir si le dialogue ne fonctionne pas du premier coup.  Je m’autorise à être moi, sans essayer de ressembler à cette Maman exemplaire qui a écrit un article à succès sur la bienveillance.

Pour résumer je dirais qu’Aïnoha n’a rien à craindre, elle ne recevra pas de fessée ni d’humiliations de la part de ses parents, tout simplement parce que ce n’est pas dans notre nature. Elle pourra compter sur notre complicité pour instaurer le dialogue à chaque fois qu’elle en ressentira le besoin. Son caractère semble suivre le chemin du mien, calme et posé. Alors j’espère que nous pourrons dialoguer plutôt que crier, expliquer plutôt que punir. Pardonner plutôt que pleurer.

citation_bébé

Je ne cherche plus à être la Maman parfaite, mais juste à être la meilleur des Mamans… pour Elle.

 

Que pensez-vous de l’éducation bienveillante? Avez-vous testé? Si non, pourquoi?

 

 

 

Publicités

4 commentaires sur “Ma vision de la parentalité bienveillante.

Ajouter un commentaire

  1. Tu sais, je pense sincèrement qu’être dans l’éducation bienveillante, c’est d’abord être bienveillant avec soi-même et donc… Accepter qu’on ne peut pas être « parfait » tout le temps. Et tant mieux aussi.! À mon sens, l’éducation bienveillante est un chemin et non une fin en soi. Il faut travailler dessus chaque jour pour être soi-même en accord avec l’éducation qu’on donne à son enfant. Ce n’est que mon avis mais je tenais à le partager ici 🙂
    En tous cas la fin de ton article m’a beaucoup touché : juste chercher à être la meilleure des mamans pour ta fille… ❤
    A bientôt,
    Charlotte.

    Aimé par 1 personne

    1. Je partage ta vision des choses: effectivement je n’avais vu le sujet sous cet angle! Mais c’est pourtant ce que j’applique envers moi-même.
      Merci pour ton petit mot! 😘

      J'aime

  2. la presse, les blogs, instagram …. ont repris à tord et à travers ce terme de « éducation bienveillante » en en détournant l’essence. Il n’en reste que les « outils », mais on en oublie le principe : ce n’est pas d’obtenir ce que l’on souhaite de son enfant avec des méthodes douces, ce n’est pas d’obtenir son obéissance : c’est de l’écouter, le prendre en compte, le respecter, lui faire apprendre, l’accompagner …. en tant que petit être immature et innocent ! En ça, tu ré-explique parfaitement l’idée de l’éducation AVEC bienveillance (terme que je préfère à « éducation bienveillante »).
    Surtout, le but c’est aussi d’être authentique avec son enfant : pas de faux semblants, pas de parent avec un sourire figé et une bonne humeur H24 …. Non, au contraire ! Quelle horreur, quelle angoisse pour l’enfant qu’en parent qui est d’humeur égale ! Filliozat le dit elle même : « il n’y a pas de parent parfait ». Ceux qui en donnent l’image …. ne sont parfaits qu’aux yeux des spectateurs qui les jugent parfaits ! Et surtout ils doivent être terriblement en manque de confiance pour en faire des caisses publiquement de la sorte … je ne les envie pas. Je préfère mon authenticité 🙂 .
    Poursuit sur la voie qui te semble la meilleure pour vous ❤ !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :