Vis ma vie de Maman aux cheveux longs.

Aujourd’hui j’avais envie de parler d’un sujet qui me concerne tout particulièrement: les cheveux.

Il est vrai que vous ne me voyez pas souvent par ici ( je me dévoile un peu plus sur Instagram…), alors en gros si vous devez imaginer mes cheveux, visualisez-les longs, très longs. Un peu à la Pocahontas quoi, d’ailleurs c’est un surnom dont j’ai souvent bénéficié.

pocahontas

Et… qui dit cheveux longs… dit entretien, parfois fastidieux. Si on veut leur éviter l’effet « paillasse négligée qui n’a pas vu un coiffeur depuis des lustres« , il faut impérativement investir dans des soins: masques, après-shampoing, huiles sèches… bref mon placard de salle de bain déborde.

J’écrirais peut-être un jour sur mes astuces pour entretenir et dompter ma crinière, mais aujourd’hui je voulais plutôt vous raconter mon quotidien ( pas toujours simple ) de Maman aux cheveux longs.

Avant de tomber enceinte, je constatais régulièrement que dans mon entourage, l’arrivée d’un enfant rimait presque toujours avec nouvelle coupe de cheveux. Etrange… Je n’avais alors jamais compris pourquoi les jeunes Mamans ressentaient ce besoin de raccourcir leurs cheveux, une fois leur petit coeur dans les bras. Envie de changer de tête? De renouveau? Finalement l’arrivée de ma princesse m’a un peu mise sur la piste…

Tout a commencé dès la maternité, au moment de souhaiter la bienvenue à Aïnoha avec sa première tétée: mes cheveux recouvraient en partie mes seins, et j’ai vite appris à garder un élastique sur moi en permanence. 

Et puis, un peu plus tard, quand ses petites mains ont appris à se refermer ( très ) fermement sur tout ce qu’elles rencontraient.Comme une mèche de cheveux par exemple. Je me sentais alors comme la victime d’un petit animal sauvage très doué à la chasse, et pour m’en défaire… c’était sport.

Je ne compte plus les touffes lamentablement arrachées par ce petit être décidément très doué…

raiponce

Et puis quand elle a grandi, forcément, c’est devenu hyper amusant de tirer sur mes tresses ou queues de cheval: après tout, ça ressemble drôlement à la queue du Mickey de la fête foraine ce truc… sauf que là clairement, il n’y avait qu’une douleur intense ( et une tête de clocharde après ) à gagner pour moi. Et malgré tout des éclats de rire pour Mademoiselle.

Vous l’avez compris: la vie d’une Maman aux cheveux longs n’est pas de tout repos!

Mais je n’ai pas cédé à la tentation de la facilité pour autant: hors de question de les couper! Mes cheveux c’est mon atout charme, d’ailleurs j’en connais un qui ferait une attaque si je revenais un jour de chez le coiffeur avec une coupe au carré.

Vous allez me dire… « mais peut-être qu’une coupe plus courte t’irait très bien! » Et bien figurez vous que j’ai essayé. Durant mon adolescence et ma période « bouboule » certes, mais assez de temps pour être certaine que ça ne me met pas en valeur. Et brûlez ces photos par pitié… Donc non, vraiment, vous ne me convaincrez plus. La forme de mon visage semble donc bien plus propice aux cheveux longs.

Mais comment allier vie de Maman et contraintes capillaires?

Et bien tout tient dans un seul mot: ORGANISATION.

Mon planning « cheveux » est établi à l’avance, ainsi pas de mauvaises surprises. Parce que quand j’ai pas eu le temps de me laver les cheveux… et bien ça se voit. 

Je ne les lave pas tous les jours, car cela les abîme. Et là, Aïnoha me remercie. Je me contente juste d’un méga shampoing + soin deux fois par semaine. Je vous vois venir… pourquoi Aïnoha me remercierait-elle? Et bien tout simplement parce que son Papa ayant des horaires décalés, nous sommes donc en tête à tête la plupart du temps. Elle doit donc assister sagement à ce fameux shampoing avec moi dans la salle de bain, et un bébé survolté de sa journée à la crèche + une Maman fatiguée dans 6 mètres carrés ça décoiffe. D’autant plus qu’en faisant vite ( adieu, bain chaud adoré ), j’en ai minimum pour 45 minutes.

20190129_160946
Une petite exclu… rien que pour vous.

 

Mais, finalement, je suis fière d’avoir réussi à transformer cette formalité hebdomadaire en véritable moment de complicité mère-fille. Malgré le soin que j’apporte à lui proposer des livres et des jouets pour patienter, Mademoiselle préfère venir tout près de moi, quitte à recevoir quelques gouttes d’eau au passage, et me regarde inlassablement répéter ces gestes qui doivent lui paraître hyper bizarres ( et oui, elle n’a pas encore de longues boucles à démêler… ).

On chante, on rit. Adieu rituel bien-être, exécuté autrefois dans le calme et la plénitude… Et bonjour « les petits poissons dans l’eau« , et autres chansons entraînantes pour amuser mon petit public. C’est ça on dirait, la vie de Maman. Le partage.

J’avoue être soulagée qu’Aïnoha passe de bons moments avec moi quand je prends un peu soin de moi, tout simplement parce que c’est juste hyper important à mes yeux de continuer à le faire. Devoir couper mes cheveux par exemple, juste par manque de temps pour les entretenir m’aurait brisé le cœur. Alors tant pis si il faut désormais partager la salle de bain, et tant mieux si je peux transmettre à ma fille le plaisir de prendre soin de soi!

Et puis… je dois avouer… je les guette je les guette… ces petites bouclettes brunes qui deviendront ensuite de longues mèches brillantes. Les cheveux d’Aïnoha prennent leur temps ces coquins, mais… qu’est ce que j’ai hâte de jouer à la poupée!

Un jour viendra ( pas trop vite pitié! ) où nous nous disputerons la salle de bain, où elle me piquera mes shampoings et mes accessoires. Qui sait, elle sera sans doute plus à la page que moi, et me donnera les derniers conseils à la mode en matière de cosmétiques. Un jour viendra où ma petite fille deviendra coquette, et j’espère qu’elle pensera à sa Maman pour la guider. En tout cas je n’attends que ça, moi qui rêvait tant d’avoir une fille.

fille_coiffe_maman

Et puis peut-être qu’elle se préfèrera avec une coupe courte, peut-être qu’elle n’aimera pas le maquillage. Peu m’importe en fait. Parce qu’elle sera toujours la plus belle à mes yeux, et que je serais finalement fière de son choix. Fière qu’elle assume son identité. De toutes façons, nous aurons tellement d’autres choses à partager…

Pour le moment, Aïnoha n’a que 17 mois, et elle tire chaque soir sur mes cheveux pour jouer. Pour le moment je dois veiller à passer l’aspirateur régulièrement, afin de lui éviter la tentation de mettre à la bouche mes malheureux cheveux semés un peu partout dans la maison.

Vous l’avez compris: malgré les embûches je tiens le coup, après tout c’est une affaire de famille: super Papa vit le même quotidien que moi, en échappant tout de même au partage de la salle de bain. Nous sommes une famille de chevelus, c’est comme ça!

 

Et vous? Quelle est votre longueur de cheveux? Racontez moi tout!

 

 

 

 

 

 

 

12 commentaires sur “Vis ma vie de Maman aux cheveux longs.

Ajouter un commentaire

  1. J’ai de cheveux longs aussi, mais j’avoue que depuis que je suis maman, les soins se limitent à un après-shampooing posé 5 minutes sous la douche 3 fois par semaine. Du coup ils sont tous le temps attaché car ils sont pas en très bon état et sinon ça me donne une coupe afro. Et sur une rousse, peau blanche transparente avec des tâches de rousseur, ça fait désordre.

    Mais hors de question de les couper ! Ma mère m’a imposée une horrible coupe à la Mireille Mathieu toute mon enfance, je ne peux plus voir un ciseau de coiffeur en peinture.

    J'aime

    1. Haha le choc de l’enfance décidement ça laisse des traces!
      C’est déjà bien que tu puisse leur appliquer l’après shampoing plusieurs fois par semaine!
      Vive les cheveux longs! 😊

      J'aime

  2. J’avais les cheveux longs comme toi et peu après la naissance je me suis sentie dépassée par cette chevelure à entretenir. Mes cheveux étaient toujours attachés et les brosser au quotidien était une vraie corvée à cause des noeuds. J’ai coupé pour du mi-long. Récemment j’ai coupé très court, à la garçonne 😉, car j’ai décidé d’arrêter les colorations et je ne supportais pas mes racines foncées. Honnêtement je ne sais pas ce qui est le plus laid, ma coupe ou ma couleur 🤣🤣 !!

    Aimé par 1 personne

  3. Ca me donne du courage pour quand bébé sera là, moi aussi je suis comme toi, je serais triste de les couper !
    En revanche là pendant la grossesse je galère, je n’ose pas appliquer des soins « habituels » (à part de l’huile de coco et autre produits naturel et basique). Du coup ils sont très secs… Toi comment tu as fait pendant ta grossesse ?

    J'aime

    1. Durant ma grossesse j’ai dû éviter les colorations chez le coiffeur, mon désespoir était grand! Alors je me suis débrouillée seule: j’ai fait des couleurs bios à la maison… et ça a été un massacre. La couleur était réussie mais ça ne valait pas l’état de la salle de bain et l’énergie dépensée!
      Bref tout ça pour te dire que je sacrifiais déjà mes moments chez le coiffeur, alors j’ai continué à utiliser mes produits habituels!
      Mes cheveux étaient en bien meilleure forme durant ma grossesse, alors je n’avais besoin que d’un shampoing + soin par semaine 😉

      Aimé par 1 personne

  4. Ahah je compatis, j’ai perdu beaucoup de cheveux dans les mains potelés de mes enfants.
    Par contre je ne prends pas vraiment soin d’eux, ni même le temps d’aller chez le coiffeur. Mais bon, c’était déjà le cas avant les enfants, en moins pire peut-être.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :