Préparer un voyage à 8000 km avec un bébé de 17 mois… en un mois: Même pas peur!

Bon… il est temps de vous l’annoncer: dès la fin du mois, nous nous envolons loin… très loin du froid! ( Vous pouvez parfaitement m’imaginer jubiler devant mon clavier en écrivant ces lignes ).

Direction la Martinique, pour un moment fort en émotions. Et oui, nous allons présenter Aïnoha à sa Mamie, ainsi qu’à sa famille du côté de son Papa. Je parle d’émotions, parce que cette Mamie ( qui ne lit pas mon blog, ouf! ) n’est tout simplement pas au courant de notre venue, et qu’elle risque d’avoir la surprise de sa vie en ouvrant sa porte… à Aïnoha, cette petite fille qu’elle ne connaît pour le moment que par l’intermédiaire des appels vidéos, et qu’elle rêve tant de câliner pour de vrai.

Oui on est comme ça nous, on aime les crises cardiaques…

L’émotion de ces douces pensées a laissé tout de même place rapidement à un autre sentiment, un peu moins idyllique: le stress des préparatifs. Car il faut que vous sachiez une chose: ce voyage, nous avons eu… un mois pour le préparer. Et c’est tout. La faute à mes congés qui ont été refusés pour un départ initialement prévu en avril…

valise_trunki-licorne_bébé

Je vais donc passer l’étape des billets d’avion légèrement plus onéreux, des logements indisponibles car réservés depuis belle lurette ( et oui, rappelez vous personne ne sait que nous venons là-bas… alors impossible de loger chez la famille, d’autant plus que nous tenons à notre indépendance ), ou bien du parcours du combattant pour dénicher une voiture sur place. Car comme on fait les choses bien, on débarque en pleine période de Carnaval.

Non, aujourd’hui, je vais plutôt détailler les préparatifs concernant Mademoiselle!

 

Alors, comment organise t-on un départ à 8000 kilomètres… en un mois… avec un bébé de 17 mois? Voici notre performance…

  • Première étape: organiser le vol!

Les voyages ça nous connaît, alors nous sommes plutôt rodés concernant la réservation des vols, l’enregistrement, etc… Cependant, c’est notre premier long courrier avec Aïnoha, malgré son baptême de l’air qui s’était formidablement bien passé l’an dernier, elle n’a jamais passé plus de deux heures dans un avion. Et, détail qui fait toute la différence, elle a grandi. Elle marche, elle est pleine de vie. Le choix des sièges est donc une étape incontournable!

Petite astuce: toutes les compagnies proposent désormais des berceaux destinés aux bébés de moins de 10kg pour les vols de nuit, il faut simplement penser à les réserver!

Quand on voyage avec un enfant de moins de 2 ans on a droit, en plus des bagages en soute prévus sur les billets des parents, à deux articles de puériculture en soute gratuits. En cabine on a également droit à un sac à langer, plus un petit sac pour l’enfant. Pour nous par exemple ça donnera une valise en soute, plus la poussette et le lit parapluie. En cabine nous aurons nos deux valises à nous, plus le sac à langer et la petite valise trunki d’Aïnoha. Heureusement que c’est Papa qui pousse le chariot.

prendre_avion-avec_bébé

Nous allons prévoir les repas d’Aïnoha, le personnel de bord étant équipé pour réchauffer les petits pots. Et bien entendu, une armée de livres et autres jeux silencieux ( pensons aux voisins! ) accompagneront doudou pour divertir Mademoiselle. On oublie pas le biberon d’eau, autorisé en cabine également, car l’altitude déshydrate… et une petite gorgée soulage souvent les oreilles lors du décollage et de l’atterrissage!

Et puis… nous ferons exception pour ce si long voyage: Aïnoha aura le droit de regarder un dessin animé sur les écrans mis à notre disposition… j’espère ainsi réussir à lui faire passer un bon moment.

  • Seconde étape: préparer la valise!

Nous avons dû faire face à une sacrée difficulté: trouver des vêtements d’été pour bébé en plein mois de Février! Les maigres rayons des nouvelles collections des magasins ne nous ont pas beaucoup aidés, heureusement quelqu’un de génial a inventé internet. Nus pieds, bodys manches courtes, tee-shirt anti uv, maillot de bain… j’ai finalement déniché toutes mes petites pépites après de longues heures de recherche!

Et puis, bonne surprise ou pas, j’ai constaté qu’à part quelques tee-shirts, toutes les tenues qu’Aïnoha portait cet été lui vont encore. Y compris ces tenues en 12 mois, offertes par une famille optimiste pour son premier anniversaire, qu’elle n’avait jusqu’à présent jamais pu porter car trop grandes. Le budget vêtements s’allège ainsi considérablement. Ouf.

Cependant si vous vous retrouvez un jour dans notre situation, avec un bébé qui a bien trop grandi, pensez aux soldes des enseignes pour enfants sur internet! Beaucoup déstockent tee-shirts, shorts et nus pieds à des prix canons!

Bon voilà pour le côté mode, si cher à mes yeux ( vous vous en doutez j’ai jubilé à l’idée de lui choisir son premier maillot de bain… ). Mais il faut également penser aux indispensables: lunettes de soleil avec protection homologuée, chapeau, crème solaire indice 50+ ( idem, bon courage pour en trouver en hiver dans les pharmacies, heureusement, il nous en reste de cet été )… et surtout… le seul et l’unique: l’anti moustiques!

famille_plage

Car il est bien vrai qu’actuellement, quand je regarde par ma fenêtre, ce que je vois dehors me fait penser à tout sauf aux coups de soleil et aux moustiques. Et pourtant… là-bas ils ne plaisantent pas. Nous nous sommes fait recommander un produit par notre pédiatre, adapté à la peau fragile d’Aïnoha.

Voilà, le sac de plage de Mademoiselle est avancé!

Bien entendu ensuite viennent les classiques: produits de toilette, médicaments ( on est jamais trop prudent… ), accessoires. Nous avons choisi d’emmener nos couches, car bien que nous savons que là-bas nous ne manquerons de rien, le coût de la vie y est horriblement élevé…

Attention tout de même au lait infantile! Ce fût le cas lors de notre voyage au Portugal par exemple, malgré le fait que ce soit un pays d’Europe toutes les marques n’y étaient pas vendues! Si vous tenez à ne pas changer les habitudes de bébé, pensez à emporter le vôtre on ne sait jamais!

Nous partons en terrain connu, la Martinique on maîtrise. Nous savons donc comment habiller Aïnoha là-bas, mais j’ai tout de même demandé à une amie qui vit là-bas la météo du moment, histoire de savoir! Si vous partez dans un pays pour la première fois, n’hésitez pas à consulter régulièrement la météo locale avant votre départ! Une tempête est peut-être au programme sur les premiers jours… et dans ce cas on prévoit des vêtements pour la pluie même si à priori les maillots de bain étaient plutôt les grands favoris!

  • Troisième étape: se préparer au décalage horaire!

Clairement, voilà mon angoisse principale. En hiver il y a 5 heures de décalage entre la Martinique et la métropole, contre 6 en été. Mais 5 heures tout de même, ça fait un sacré écart pour une petite puce de 17 mois, je trouve.

Le but n’est donc pas qu’elle soit complètement « réglée » à l’heure locale une fois là-bas, mais plutôt de 2 puis 3 heures si elle le veut. En effet nous ne restons que 9 jour sur place, cela ne vaut pas le coup à mes yeux de la décaler plus. Cela impliquera quelques sacrifices: il nous sera difficile par exemple d’organiser des sorties restaurant le soir, ou même des balades après 18h. Mais peu importe, la Martinique de nuit on a connu. D’ailleurs, je me souviens moi-même aller au lit a 21h maximum quand je suis là-bas.

Nous nous adapterons à son rythme, et finalement ce n’est pas plus mal: nous profiterons de la plage tôt le matin, alors que le soleil est encore doux, ou bien nous visiterons sans subir l’afflux de touristes et la chaleur écrasante. Pour une fois dans notre vie, notre famille de lèves tard sera debout aux aurores! ( et puis si je veux cramer sous un soleil au zénith, il me reste les siestes… Papa se fera une joie de rester au frais avec sa fille).

décalage_horaire

Il faudra tout de même un temps d’adaptation, que nous allons commencer quelques jours avant le départ. Aïnoha, qui se couche habituellement à 21h, aura la permission de 21h30, puis de 22h. Je pense que ça ne lui posera pas de problème, c’est plutôt dans le sens inverse que ça m’inquiète, à notre retour. Mais nous ferons les choses en douceur, comme toujours…

 

Le défi semble donc relevé, mais pour le verdict rendez-vous à la fin du mois! Nous vous raconterons avec émotion le but de tous ces préparatifs: LA rencontre entre une Mamie triste de vivre si loin, et une petite fille qui sera choyée à coup sûr!

Bien entendu vous aurez également droit au récit détaillé de notre premier vol long courrier… à trois.

 

Le Papa d’Aïnoha et moi avons tellement hâte de lui faire découvrir ses origines, ainsi que tous nos endroits préférés! Ceux dans lesquels nous nous sommes d’abord aimés à deux… lorsqu’il m’a emmené découvrir ce monde si joli… et qu’elle foulera dans quelques jours de ses petits pieds à la démarche désormais assurée…

martinique
Petit bonus: l’un de mes endroits préférés…

 

 

2 commentaires sur “Préparer un voyage à 8000 km avec un bébé de 17 mois… en un mois: Même pas peur!

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :