La fatigue… le nouveau tabou?

Depuis plusieurs semaines Aïnoha et moi nous enchaînons les « saturday night fever« : c’est simple, je ne sais pas pourquoi ça tombe toujours le samedi soir, mais les pics de fièvres dû aux dents surviennent chaque semaine à ce moment là. Ajoutez à cela des rhumes interminables pour nous deux, un épuisement chronique pour moi, et vous obtenez la tendance de nos week-ends. Festif tout ça. Mais surtout pas hyper récupérateur.

Et pourtant on tient bon: chacune notre tour, on affronte sagement nos journées boulot/crèche sans se plaindre. Ce n’est pas tous les jours facile: on me raconte que certains jours Aïnoha n’a quasiment rien mangé, et pour moi il est difficile certains après-midis de garder les yeux ouverts ( mon meilleur ami le Fervex y est sûrement pour beaucoup… ). Le soir ça donne donc un cocktail explosif, à base de pleurs, maux de tête, et frustration. Pas tous les soirs heureusement, mais assez pour que j’en ressente à force un ras le bol, et une envie furieuse de rester sous ma couette toute une journée.

Et j’ai une bonne nouvelle: l’hiver n’a même pas encore commencé.

fille_fatiguée

Alors on y vient, au sujet que je voulais aborder aujourd’hui: la fatigue est-elle devenue un sujet tabou?

Car ce que je viens de vous décrire plus haut, j’ai à peine osé le confier. Pas à mes proches bien entendu, qui eux supportent courageusement mes récits de Maman épuisée sans faillir, mais au reste de mon entourage. Je parle des amis, des collègues, du personnel de la crèche, ou même encore de nos médecins. Je fais la femme forte quoi.

Quand on y réfléchit, la fatigue n’a jamais été « une bonne excuse », pour quoi que ce soit. Et pourtant elle existe, elle est bien réelle. Qui n’a jamais eu envie de tout envoyer valser, juste une journée, pour pouvoir se reposer et se ressourcer loin de tout? La fatigue est un fléau qui touche de plus en plus de personnes, tous âges confondus. Avec des raisons parfois médicales, ou parfois psychologiques, la fatigue peut devenir handicapante au quotidien. Et pourtant… « je suis fatigué » est une phrase bien difficile à avouer à notre patron, ou à toute autre personne étrangère à notre cercle intime.

Alors la fatigue bien souvent on la subie, parce qu’il ne nous est tout simplement pas permis de flancher. C’est exactement mon ressenti du moment. Je ne peux pas me permettre de dire à mon travail que je ne viens pas aujourd’hui parce que je suis juste « fatiguée« , je ne peux pas laisser mon frigo vide parce que j’étais trop « fatiguée » pour faire les courses, je ne peux pas laisser le sol de la maison sale ou le linge s’empiler à l’infini parce que je suis « fatiguée » de ma journée. Non, ces excuses ne sont pas recevables.

Pourtant la fatigue entraîne, ou est le résultat de bien des maux, davantage pris au sérieux pas les médecins: perte ou prise de poids, maux de tête, difficultés de concentration, troubles du sommeil, diabète… La fatigue peut provoquer des accidents de la route, la perte d’un emploi, une dépression… et pourtant elle est tant sous estimée!

Parce que de nos jours on vit à cent a l’heure, la société est faite ainsi. Et ralentir n’est pas bien vu. Clairement. Avez-vous déjà remarqué comment sont jugés ceux qui osent prendre une année sabatique, ou ceux qui préfèrent travailler en intérim? Ceux qui osent dire stop pour prendre du temps pour eux… pour se ressourcer. Ces personnes que j’admire tant parce qu’elles osent justement.

maman_fatiguée

J’ai entendu un jour que l’invention de la lumière était une aberration, car cela poussait à dormir moins, en désaccord avec notre horloge biologique. Si autant de personnes souffrent d’insomnies, c’est justement parce que leur horloge biologique est déréglée. La faute à quoi? Aux écrans oui, mais aussi à ce besoin d’en faire toujours plus. A cette envie de tout vouloir maîtriser, dans ce monde où dormir est désormais considéré comme une perte de temps. C’est prouvé scientifiquement: il est tellement contre nature de se coucher une fois la nuit tombée depuis longtemps, ou de se lever bien avant le soleil! Mais l’être humain se croit plus fort que la nature, alors soit.

Oui quand on y réfléchit bien, la fatigue n’était pas un fléau à l’époque où l’on vivait au rythme du soleil…

Mais il est impossible d’aller à contre courant: difficile à notre époque de se coucher à 18h en hiver, ou de ne commencer sa journée qu’a 9h sous prétexte qu’il faudrait ralentir le rythme pour faire du bien à son horloge biologique. Je me vois bien sortir cette phrase à big boss, et je le vois parfaitement me rire au nez. Nous sommes bien bêtes nous, les êtres humains quand même. On a jamais entendu parlé d’un animal victime de burn out, ou surmené. Non, parce qu’ils sont à l’écoute de leurs besoins tout simplement.

Je subis donc ma fatigue en silence, en me bourrant de vitamines toutes plus chimiques les unes que les autres. Je mange aussi des kiwis, et je me couche dès les premiers signes de sommeil. Mais il me faut des remèdes bien plus forts malheureusement. Et je ne bois pas de café car j’ai horreur de ça… Dommage oui je sais.

Il est d’autant plus difficile d’éradiquer la fatigue quand on est Maman d’une petite puce de 13 mois. Même si elle est calme de nature, même si elle est dotée d’une patience d’or. Un enfant ça demande de l’attention, et on se doit de leur donner tout ce dont ils ont besoin. Manque de bol avec leurs batteries toutes neuves ils sont souvent en pleine forme. Et ça se remplace pas, une batterie humaine?

sans-titre (4)

Pourtant la fatigue, Aïnoha la connait déjà bien. Entre les matins où je dois la lever plus tôt parce que je suis seule pour l’amener à la crèche, et les jours où elle dort encore profondément là bas, et que je dois la tirer de son sommeil parce que notre contrat est « signé » jusqu’à 17h30… c’est une vraie torture pour mon coeur de Maman. J’ai beaucoup lu à ce sujet, et la conclusion est souvent la même: on ne réveille pas un bébé. Le sommeil est le pilier de leur développement. Et pourtant le sien est coupé régulièrement. Si petite

Je m’en veux beaucoup de lui imposer un tel rythme. Et pourtant je ne travaille qu’à 80%, j’ai des petites journées. Mais à mes yeux ma fille avait encore bien le temps avant d’entrer dans le rythme infernal de notre monde. Et c’est un fait: certains jours elle est fatiguée. Je le vois au temps qu’il me faut pour la sortir de ses jolis rêves le matin, je le vois à ses petits yeux, je le vois à ses réactions en fin de journée, je le vois a ses deux siestes de 2h30 le week end. A peine arrivée dans notre monde, et déjà bousculée.

chat_triste-fatigué

Alors il y a quelques jours, avec un énième réveil difficile, un rhume tenace et des yeux tout collés, j’ai pris une décision que je ne regrette pas: j’ai envoyé valser boulot et crèche d’un coup de fil, et j’ai annoncé à Aïnoha qu’aujourd’hui, Maman resterait auprès d’elle. Elle m’a souri. Il « faut » 48h de fièvre pour obtenir une consultation chez notre pédiatre. Aïnoha n’était pas assez malade pour obtenir ce privilège. Qu’à cela ne tienne: elle avait beau être « juste » enrhumée, « juste » fatiguée: pour moi cela justifiait tout. Mon état n’était pas mieux que le sien d’ailleurs. Alors malgré les normes, malgré les codes imposés, ce jour-là J’AI décidé de dire stop. Avant qu’il soit trop tard et que la fièvre monte pour de bon. Avant de tomber d’épuisement ou de m’endormir au volant. Et je l’assume totalement…

Après tout personne au monde n’a plus besoin de moi qu’Elle…

 

Le lendemain, nous nous sommes réveillées ( presque ) en pleine forme, mais motivées en tout cas pour nous intégrer a nouveau au monde. Les paquets de mouchoirs dans les sacs, nous avons repris le chemin qui mène hors de notre quartier. Cette pause était indispensable.

 

Comment gérez vous la fatigue? Avez vous déjà dit stop à votre quotidien pour un jour… ou plus?

 

Publicités

6 commentaires sur “La fatigue… le nouveau tabou?

Ajouter un commentaire

  1. Un article intéressant, j’aurais pu en écrire des tonnes sur ce sujet. Comme toi, je me sens illégitime de me plaindre: j’ai un emploi du temps pro léger (mais beaucoup de kilomètres), un enfant unique qui fait ses nuits. Je ne me donne donc pas le droit de me plaindre. Pourtant, ce quotidien à 300 km à l’heure m’épuise jusque dans mes dernières réserves. En plus l’endométriose provoquant des inflammations chroniques est aussi responsable d’une fatigue chronique. Cela m’a fait du bien de l’apprendre et d’accepter que ma fatigue n’est pas que dans ma tête. Mais même avec mes 88km quotidiens, mon bébé très speed, ma maladie, je ne m’autorise pas à me plaindre, parce que j’ai été élevée ainsi, je dois rester forte. Pourtant, mes cernes, mes faibles capacités de concentration, mon amaigrissement ou mes cheveux qui tombent en poignée trahissent cet état. Sinon, deux boissons naturelles autres que le café qui reboostent: le maté et le thé énergie de chez Yogi Tea! Ca marche très bien!

    Aimé par 1 personne

    1. Tiens la chute de cheveux je connais aussi. On est des Mamans courage il faut le dire 😉
      Je pense que je vais tester le thé énergie, je n’y avais pas pensé! Merci!

      J'aime

  2. Ravie de savoir que tu as récupéré 🤗 !
    Le café c’est génial que tu n’en boives pas, c’est une vraie drogue dont il est difficile de se défaire, et en plus ce n’est pas très écologique, le café ne poussant pas en France…

    Aimé par 1 personne

    1. C’est un peu comme pour la cigarette: je suis fière de ne pas avoir cédé à ces addictions 😉
      Mais du coup je garde ma petite brume du matin un bon moment après le réveil lol.

      J'aime

  3. Je le dis, le mot fatigué est Tabou, et c’est bien dommage.
    Car j’ai envie de le crier haut et fort que je suis HS.
    mais la dernière fois que j’ai parlé de fatigue on m’a demandé d’arrêter d’allaiter !!
    Donc maintenant j’allaite et je me tais 😓😓😓
    En tout cas tu as pris une bonne décision avoir tout envoyé boulet.
    Bisous à Aïnoha

    Aimé par 1 personne

    1. Elle te remercie pour le bisou 😗. Ah oui grand classique ça quand on allaite… parmi toutes les remarques qu’on entend celle là en fait malheureusement souvent partie! Repose toi dès que tu le peux… courage!

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :