( Trop ) s’exposer sur les réseaux sociaux: mauvaise idée?

Allez tiens, je me lance sur l’épineuse question déjà ( je l’avoue ) abordée mille fois sur divers articles et blogs de référence… L’exposition sur les réseaux sociaux. Oui mais voilà aujourd’hui j’avais envie d’apporter ma petite pierre à l’édifice, car évidement j’ai mon avis bien tranché sur la question grâce à des anecdotes récentes qui ont légèrement fait changer mon point de vue.

Les réseaux sociaux et moi on est assez bons amis: j’utilise Facebook depuis 2006, prend plaisir à lire les actus sur Hellocoton ( et à me lire à la une de temps en temps tiens, merci! ) et Instagram depuis moins longtemps mais assez pour pouvoir le préférer maintenant à son collègue. Autant vous dire que Twitter par contre n’a jamais su me séduire, et que je ne vois pas encore l’intérêt d’utiliser Snapchat. Mais comme on dit il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, j’ai l’esprit ouvert…

réseaux-sociaux

J’ai fait le choix depuis quelques années de bien moins m’exposer sur Facebook qu’a mes débuts, tout simplement parce que j’ai compris que ma vie n’intéressait pas forcément mes 400 « amis » ( si si…). Mes selfies d’ado dévorant une pizza le samedi soir ou mes 10 statuts hebdomadaires ont fait place à des publications plus évasives, plus généralistes et beaucoup moins fréquentes. Et quand vraiment un moment de ma real life mérite d’être partagé je choisis une seule photo, allez parfois deux… mais adieu l’album « holidays 2008 » quoi! Pourquoi? Déjà parce que je m’y intéresse un tout petit peu moins, ma vraie vie prend bien plus de place maintenant, et j’ai perdu ma passion pour les longues heures d’espionnage virtuel ( oh ne faites pas ces yeux… qui ne l’a jamais fait? Pas même un peu? ). Et puis je peux clairement avouer que je me lasse des publications que je voie, car pour la majorité ce sont des liens vus et revus que tous mes contacts partagent chacun à leur tour, ou bien XX qui est encore partie en vacances en Auvergne… (si tu me lis saches qu’effectivement on se contenterait tous je pense d’une seule photo… et non d’un album entier).

Bien entendu si je ne supprime pas mon compte c’est qu’à mes yeux la vie virtuelle vaut encore la peine d’être vécue: voir les enfants des amies qui sont loin grandir, garder contact avec ma famille moins proche, et puis oui, certains de mes contacts ont une vie vraiment intéressante alors autant les laisser me vendre du rêve. Publier sur ces réseaux me renvoie un peu un côté narcissique, car oui j’aime publier de jolies photos de moi, j’aime partager ce qui en vaut la peine ( et puis narguer un peu mon monde quand je pars en Martinique… chacun son tour. ). Un joli nombre de « likes » qui s’affiche le matin oui ça me fait plaisir, bien sûr. Sans que cette vie parallèle prenne le pas sur ma vie réelle j’aime ce qu’elle m’apporte, et je sais qu’il me serait en fait difficile de m’en déconnecter totalement.

Mais justement cette limite concernant mon exposition sur les réseaux sociaux a été parfois difficile à établir: d’un côté j’aime garder mon jardin secret, et d’un autre j’aime partager avec ceux que j’apprécie. Oui mais voilà dans mes 400 « amis » Facebook par exemple il n’y a pas que des amis proches bien entendu. Alors j’use et abuse des paramètres de confidentialité: j’ai crée des catégories,  » famille », « boulot » etc… Mais cela est-il suffisant pour autant? Autre choix: je n’affiche pas le visage de ma fille, sauf sur Instagram car mon panel de contacts est plus restreint et ne correspond qu’a des proches ou lecteurs assidus de ce blog d’ailleurs. Pour mes contacts Facebook il faudra se contenter de photos de moi… et oui. Les photos c’est une première chose, mais qu’en est-il de mes infos perso? Je n’ai communiqué sur tous mes réseaux que ma grande ville de résidence, en prenant soin de ne pas préciser le nom de la petite ville de banlieue où je réside réellement. Paranoïa bonjour… On ne sait jamais. Je ne fais clairement pas partie de ces filles qui postent la photo de leur déjeuner quotidien, ou de leur chien en pleine balade, ou qui publient leurs nombreux états d’âme trop souvent. Par contre j’aime bien utiliser le principe des stories ponctuellement, ça m’éclate oui car c’est éphémère.

like-réseaux-sociaux

Bref je n’ai pas la prétention de dire que ce que je publie sur mes réseaux sociaux est hyper recherché ou lourd de sens, mais c’est un minimum réfléchi oui. Alors parfois je me décide à partager certains articles de mon blog, souvent ceux écrits en collaboration ou ceux ayant été republiés sur Hellocoton par exemple. Récemment, heureuse de lire mon article sur le congé maternité dans le Huffingtonpost ( ici ), je l’ai partagé sur mon compte Facebook pour l’occasion. La limite a-t-elle été dépassée? Car oui ici c’est notre petite bulle à Aïnoha et moi, j’écris des choses que je n’aurais pas forcément envie de faire lire à tout mon réseau. Alors était-ce la publication de trop? Car en effet parmi la tonne de réactions bienveillantes et admiratives « top ton article », « ah oui on se reconnaît »… il fallait forcément qu’une mauvaise petite graine fasse son nid. J’ai fait le choix de laisser ma publication ouverte à tous, sans restriction. Je suis comme ça moi, je vis dans le monde des bisounours des fois. Forcément quand on écrit on s’expose aux critiques et ça je l’accepte, mes publications peuvent ne pas plaire à tout le monde. Le but de chacun de mes articles d’ailleurs est de créer le dialogue, et donc de lire aussi des avis qui divergent du mien. Cependant les réseaux sociaux ne sont clairement pas faits pour discuter dans le respect et la retenue on dirait. Un commentaire blessant envers l’une de mes amies qui avait commenté mon post un peu plus tôt est apparu, ce fut le début d’une longue discussion entre plusieurs mes contacts, pas hyper courtoise inutile de le cacher. Ayant découvert ces lignes bien trop tard, je m’en suis alors voulue d’avoir été le point de départ de ces propos blessants, bien que le contenu de mon article n’y soit pour rien, la discussion ayant « dévié ». Mais prenant les choses trop à cœur, je me suis alors posé la question: est ce que tout mérite d’être partagé sur les réseaux sociaux? Un article pourtant apprécié ici sur mon blog et sur le Huffingtonpost a fait débat sur Facebook, certes pour une seule personne, mais quand même elle a été ma première réelle critique, alors je la prend en compte. Cependant tout ce qui a été écrit ne regardait pas forcément mes 400 « amis », ça me servira de leçon.

Bref ma petite anecdote terminée, et ma leçon apprise, je vous livre mes impressions: j’estime que tout peut être un jour ou l’autre partagé sur les réseaux sociaux, mais avec parcimonie. Il faut juste garder en tête que tout n’intéresse pas tout le monde, ou n’a pas à être lu par un certain groupe de personnes selon l’entourage. Les collègues n’ont pas à savoir que notre boulot ne nous passionne pas, la famille n’a pas à voir les photos d’une soirée ( trop ) arrosée. Enfin ça reste mon avis bien entendu. Par contre pourquoi pas se servir des réseaux sociaux pour lancer des débats, parler d’une cause qui nous passionne, partager notre bonheur. J’aime publier les doux instants de ma vie avec Aïnoha de manière plus intime sur Instagram par exemple, sans pour autant délaisser Facebook quand il s’agit de partager des articles dont les causes valent à mes yeux la peine d’être partagées, ou dont l’humour m’a touchée.

L’essentiel c’est que nos réseaux sociaux nous ressemblent en fait…

 

Maintenant c’est à vous! Quelle est votre opinion sur le sujet? Plutôt jardin secret ou plutôt démonstratif? Racontez moi!

 

 

Publicités

10 commentaires sur “( Trop ) s’exposer sur les réseaux sociaux: mauvaise idée?

Ajouter un commentaire

  1. Pour vivre heureux vivons cachés ! moi je suis plutôt discrète : Facebook ne m a jamais intéressée ; J adore par contre Instagram car je ne communique qu’avec mes proches et cela me permet de suivre également des sujets qui m’intéressent.
    Monique

    J'aime

  2. Je n’utilise pas les réseaux sociaux pour le privé (aucun) mais j’ai un compte pro sur Twitter et Pinterest, plus le compte Twitter que j’ai pour le blog.
    Ce qui m’avait terriblement blasée avec Facebook c’est l’ego branding, le « regarde ma vie comme elle est géniale » (alors qu’en vrai elle est juste normale, avec des hauts et des bas). J’avais une copine qui venait de s’installer au Canada et qui postait des photos à faire baver tout le monde, elle écrivait des statuts sur sa vie d’expat en mode épanouissement total alors qu’en message privé on parlait de sa récente tentative de suicide parce qu’en fait elle avait le mal du pays, elle doutait, avait peur…

    Aimé par 1 personne

    1. Comme quoi… il ne faut pas envier ce qu’on voit effectivement! Tu ne rates effectivement pas grand chose, le souci quand on introduit les réseaux sociaux dans nos vies c’est qu’il est ensuite très difficile de les en sortir!

      J'aime

  3. Coucou, personnellement j’ai beaucoup de mal avec les réseaux sociaux. J’essaye de m’y remettre un peu de temps en temps mais ça me lasse vite. J’ai l’impression de perdre mon temps et d’être un peu voyeuriste. Je préfère partager des moments dans la vraie vie avec des personnes ciblées, même si c’est pratique pour garder un lien avec les personnes éloignées. J’adore la chanson de Soprano Mon précieux que je trouve tellement juste sur notre rapport au digital. Après je ne juge pas à chacun de faire comme il veut. Bonne journée

    J'aime

  4. J’ai commencé les réseaux sociaux peu de temps avant mon blog, le but était de faire connaître mon bébé blog, mais je ne m’expose pas, il n’y aucune photo de moi ou de mes enfants. Je n’ai pas de compte Facebook (pas encore, j’hésite), juste un compte Instagram et un compte Twitter. Pour l’instant je n’ai pas eu de problème je dirais même que j’ai fait de belles rencontres. Je me méfie énormément des réseaux 😕

    Aimé par 1 personne

  5. Moi ne vivant pas dans mon pays d origine, les réseaux sociaux m’aident beaucoup à rester « connectée » au pays. Je publie rarement et uniquement les photos de moi sur Facebook. Et la plupart de mes lecteurs vient delà. Je suis plus active sur Instagram en mode privé bien-sûr, mais je finirais un jour par tout supprimer. Heureusement Whatsapp est venu avec ses statuts nous permettant de partager ses moments avec ceux qui sont vraiment les siens

    Aimé par 1 personne

    1. Oui j’utilise whats app aussi, mais je le considère plus comme une alternative aux sms. Étant loin des tiens finalement c’est une belle invention pour toi et ça devrait en être l’utilisation principale pour nous tous!

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :