« De quoi je me mêle?? »

Il y a quelques jours j’ai vécu la virée au supermarché la plus longue de ma vie. Tout simplement. La cause? Les gens… tout simplement.

Je résume brièvement la situation: Il fait beau, je décide d’aller faire quelques courses d’appoint au supermarché, à pieds, ma princesse bien calée dans sa poussette. Jusqu’ici mon récit ressemble à l’histoire d’une petite balade mère-fille assez sympa c’est vrai. Mais attendez donc la suite, vous ne serez pas déçus. A peine arrivées dans l’enceinte du supermarché, Aïnoha se met à hurler. Après tout elle a le droit de ne pas aimer faire les courses, ce n’est pas mon activité préférée non plus, donc je la prend dans mes bras et nous nous installons au calme sur un banc, à l’écart de la galerie marchande. Je dois vous avouer que je suis un peu déstabilisée sur le moment, Aïnoha est un bébé qui ne pleure que très rarement, et jamais pour rien. Et surtout, elle se calme TOUJOURS dès qu’on la prend dans nos bras. Or ce jour-là, ça n’a pas été le cas.

Elle a bien eu des phases « calmes », durant lesquelles j’ai pu remplir mon panier tant bien que mal. Mais elle finissait toujours par se remettre à pleurer. S’en est alors suivi un grand moment de solitude: je me revois, seule à pousser la poussette, porter les courses, et tenir ma princesse qui hurlait dans les bras, car elle refusait d’être posée. Je me revois m’arrêter dans chaque rayon pour la consoler ( et ramasser mes courses que je semais derrière moi ). Je me revois, inquiète, assister impuissante à la douleur de ma fille, qui avait clairement mal au ventre ( les gaz ont témoigné pour elle…). Je revois le dilemme qui s’offrait à moi: abandonner mes courses, partir sans payer, appeler la pédiatre, appeler un taxi pour rentrer ( qui a eu cette idée merveilleuse de venir à pieds?? ). C’était une grande première pour moi, pas ces fichus maux de ventre non ( ça nous arrive deux ou trois fois par mois, des sortes de « colliques tardives » selon la pédiatre… ), mais plutôt cette délicate situation de devoir rassurer mon bébé en pleurs à l’extérieur de chez nous.

Trop-de-conseils-tue-le-conseil---Mademoiselle-Maman

 

 

 

 

 

 

 

La situation était déjà assez difficile à vivre pour nous deux, mais la vie avait décidé de me compliquer la tâche. Oui, la vie avait décidé de mes les envoyer, toutes les quatre à cinq minutes. Qui donc? Les Gens bien entendu! Ils méritent une majuscule non? Car Les Gens, eux, ils ont la science infuse. Ils connaissent tout mieux que toi, savent lire dans les pensées de ton bébé ( ils sont forts n’est ce pas!! ), sont experts en médecine et en parentalité. Et oui les amis, ma première expérience de confrontation au « regard des gens » avec mon bébé en pleurs fût une totale réussite.

Commençons par l’agent de sécurité, ce gentil monsieur innocent qui est passé 3 fois devant nous lorsque nous étions isolées sur notre banc au début. Et donc 3 fois il m’a sorti cette vérité absolue:  » oh la la il a faim ce bébé, petit gourmand!! ». Alors déjà c’est « elle », oui tu ne l’a pas vu le nœud sur sa tête??? ( les Mamans de petites filles me comprendront ). Puis je vais te livrer un scoop: un bébé n’est pas un estomac sur pattes, ça ressent aussi des émotions!! Si si je t’assure! En fait ce gentil monsieur m’a clairement prise pour une mère indigne qui affamait son enfant. Sympa.

Ensuite il y a eu la dame d’âge moyen, comprenez qui a sans doute eu des enfants mais qui a apparemment la mémoire courte.  » Ah ben elle a trop chaud cette petite c’est évident pfff! ». La dame avait à peine fini de me balancer sa vérité universelle qu’elle était déjà loin. Dommage je n’ai pas eu le temps de lui expliquer qu’au mois de Février il est plutôt conseillé de porter une veste, en particulier au rayon frais. Dommage oui j’en mourrais d’envie, de lui expliquer ça et de l’insulter quelque peu aussi. Juste pour me faire du bien.

Le couple de personnes âgées, lui, nous est tout simplement passé devant en exagérant une expression horrifiée pour l’une, curieux pour l’autre. En ralentissant. J’ai cru qu’ils allaient attraper un torticolis.

Il y a eu ce petit garçon, à peine âgé de trois ans je pense,  » y peure le bébé y peure « . Oui c’était mignon. Je lui ai même souri. « Y peure pourquoi? pourquoi y peure? » Bon c’est vite devenu insistant quand même.

Et puis, quand je me suis résignée à payer le peu de courses que j’avais pu entreposer dans la poussette, après avoir essuyé les regards appuyés de la bande d’ados qui faisait la queue derrière nous à la caisse  » c’est relou les mioches…bla bla bla », j’ai croisé cette formidable caissière, heureuse sans doute de pouvoir me faire profiter de son bac +5 en petite enfance ( minimum ).  » ah mais là c’est un caprice hein, elle vous fait marcher c’est sûr hein ». Je pense qu’a ce moment j’ai eu un bac +5 en patience et maîtrise de soi.

santébébépleursgp2

 

 

 

 

 

 

La seule et unique chose dont ma princesse avait besoin c’était surtout de se retrouver au calme, et de retrouver son copain « l’Hippo tout doux » qui lui chanterait sa mélodie magique qui aide à apaiser ce mal de ventre. La jolie mélodie et le massage magique de Maman sur son petit ventre, voilà tout ce dont elle avait besoin. Rien d’autre. Je le savais, d’où mon inquiétude de me retrouver hors de notre cocon quand ces douleurs sont apparues. Je savais pourquoi mon bébé pleurait. Et j’ai pu l’apaiser.

Les Gens, ces êtres formidables dotés de la science infuse, croiseront toujours notre chemin. Et il nous faudra les affronter durant toute notre vie de parents. Je vous envoie donc tout le courage possible pour faire face! Je me pose tout de même quelques questions existentielles: pourquoi donc un bébé qui pleure attise tant de réactions négatives?? Quand les gens comprendront-ils que les pleurs sont leur moyen d’expression?? C’est si facile de tirer des conclusions hâtives, si facile de critiquer sans connaître la situation réelle. J’ose à peine imaginer comment ces Gens m’ont perçue ce jour-là: mère qui affame son enfant, mère négligente, mère trop laxiste, incompétente? Alors que mon bébé parfait, loin d’être capricieuse ou de mauvaise humeur, avait simplement besoin de réconfort et de calme…

 

Il y a tout de même une chose que je regrette à propos de cette journée: ne pas leur avoir répondu, à chacun:  » MAIS DE QUOI JE ME MELE??? ».

 

Publicités

3 commentaires sur “« De quoi je me mêle?? »

Ajouter un commentaire

  1. Il faudra m expliquer comment un bebe de 6 mois peut etre « capricieux »…La veille de la fete des grands meres…le 3 Mars…je suis allee faire tirer des photos et quelques achats avec Gaspard. Il a commence a pleurer car je pense qu il avait mal a ses petites dents. Le regard des gens genre « elle va le faire taire »…alors j ai pris tout mon temps le deshabillant lui caressant le ventre et on a fait 1 gros câlin.
    Les gens n ont jamais eu de bebes??????

    J'aime

    1. A croire que la mémoire s’efface vite pour certains… mais très franchement je n’en ai rien à faire des gens, dans ces moments-là ( ça nous est arrivé à nouveau samedi ) je suis dans une bulle avec Aïnoha, seul son bien être compte!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :